Programme AKER : quoi de neuf ?

Keyword:
Publish time: 30th April, 2015      Source: April 30, 2015Les responsables du programme AKER font le point sur les objectifs et l’état d’avancement des travaux au lendemain du Comité de Coordination.
Information collection and data processing:  CCM     For more information, please contact us
Programme AKER : quoi de neuf ?Programme AKER : quoi de neuf ?" title="Share this link on Facebook">April 30, 2015Les responsables du programme AKER font le point sur les objectifs et l’état d’avancement des travaux au lendemain du Comité de Coordination.Programme AKER : quoi de neuf ? by LinealCette vidéo a été présentée lors de l’assemblée générale de la CGB le 9 décembre 2014.Les rétrocroisements sont en coursL'année 2013 a été consacrée à la sélection des 15 accessions exotiques recouvrant la totalité de la variabilité génétique. Les rétrocroisements (ou backcross), visant à introduire la diversité génétique exotique en petite quantité dans du matériel élite, ont démarré en 2014 et se poursuivent en 2015.Le rétrocroisement, concrètementLa plante élite et la plante exotique sont croisées entre elles afin de produire des hybrides composés à 50 % par le génome de la plante élite et à 50 % par celui de la plante exotique. Les hybrides ainsi produits sont ensuite croisés pendant plusieurs générations par la lignée élite, dite receveuse ou récurrente. Ces étapes permettent d'augmenter la part du génome élite dans le fond génétique des descendants. Le résultat final du rétrocroisement est l'obtention d'une lignée convertie, c'est-à-dire proche génétiquement de la lignée récurrente, mais contenant en plus une petite partie du génome exotique donneur.Les rétrocroisements dans AKERLes rétrocroisements dans le programme AKER visent à introgresser, c'est-à-dire introduire de façon naturelle, le génome des 15 accessions sélectionnées pour leur variabilité dans du matériel élite.Bruno Desprez, président de Florimond Desprez Veuve & Fils et président du comité de coordination du programme, souligne une spécificité d'AKER : « Ce qui est particulier dans ce programme, c'est que nous fragmentons l'ensemble du génome exotique dans une variété élite. Pas seulement une partie. Ainsi nous ne perdrons pas une miette de la variabilité exotique récupérée lors de la première étape de sélection des 15 accessions ». Chaque accession sera représentée par une descendance de 200 individus. Le choix de ces 200 descendants se fera en fonction de leur complémentarité afin de représenter la totalité du génome exotique initial.Marquage moléculaireAfin de conserver toute cette variabilité, les différentes étapes de rétrocroisements sont suivies par marquage moléculaire. En effet, en utilisant des marqueurs moléculaires polymorphes entre le parent donneur et le parent récurrent, il est possible de connaître la provenance génétique des régions génomiques correspondantes.Karine Henry, sélectionneuse de betteraves sucrières chez Florimond Desprez et responsable du WP2 du programme AKER, évoque l'avancée du programme de croisements : « Les étapes de rétrocroisement ont débuté en début d'année 2014. A l'issu du premier rétrocroisement, nous avons obtenu des plantes composées, en moyenne, à 75 % du génome élite et à 25 % du génome exotique. Lors du second rétrocroisement en 2015, les plantes sont composées en moyenne à 87.5 % du génome élite ». La descendance ainsi obtenue permettra d'analyser plus finement la variabilité existante et la création de nouvelles variétés innovantes.Le phénotypage des semencesLe phénotypage des semences consiste en l’évaluation des caractères physiques et physiologiques des semences grâce à des techniques d’imagerie. Il comprend deux volets : l’un descriptif (analyse structurale, physique et chimique de la semence) ; l’autre physiologique (germination de la semence et croissance de la plantule dans différentes conditions).Les chercheurs impliqués dans le programme AKER à l’INRA, au GEVES et à l’Université d’Angers s’attachent à développer de nouvelles méthodes innovantes qui permettront d’évaluer la qualité physique et germinative des semences de betteraves, avec du phénotypage automatisé à haut débit. En effet, il faudra étudier au terme du programme AKER 3 000 génotypes provenant des 15 plantes sélectionnées issues de la variabilité génétique.AKER sera présent aux CulturalesLe programme AKER sera présenté aux Culturales 2015, d'une part sur le Show des innovations d'Arvalis Institut du végétal, d'autre part sur le stand de Florimond Desprez.24 et 25 juin 2015 - Villers-Saint-Christophe (02) - www.lesculturales.comMore news from: AKER Betterave 2020Website: http://www.aker-betterave.frPublished: April 30, 2015The news item on this page is copyright by the organization where it originatedFair use notice